Comment les aliments influent sur notre humeur

bonheur-sourire

Le saviez-vous ? Certains aliments peuvent influer sur notre humeur et nous rendre plus heureux ! Nous vous proposons d’en découvrir quelques-uns. Si les saisons (notamment via les fruits et les légumes) et notre métabolisme nous imposent d’adapter notre alimentation, il est important de connaître les aliments qui peuvent contribuer à notre bonne humeur.

Le fruit d’une étude sérieuse

C’est aux États-Unis dans l’État de New York qu’a été menée l’étude sur « les aliments qui rendent heureux », plus précisément par des chercheurs de la prestigieuse université de Binghamon. Cette étude est ensuite parue dans la revue médicale spécialisée « Nutritrional Neuroscience ».

Un sondage sur le web a été effectué, ce qui a permis aux chercheurs d’analyser les comportements alimentaires et leur influence sur l’humeur en fonction de l’âge, en se basant également sur des éléments plus techniques comme la neurochimie et la neurobiologie. Lire la suite de « Comment les aliments influent sur notre humeur »

Comprendre et vaincre la dépression

depression

Certains parlent de déprime, d’autres de dépression. Mais quelle est la différence entre les deux ? Le point avec Sabrina Philippe, psychologue lors du « Grand Direct de la Santé ».

La différence entre déprime et dépression

La déprime correspond à un coup de blues. C’est passager et tout à fait normal d’avoir des moments de déprime. Nous vivons dans une société où il faut être très heureux dans notre façon d’être et de vivre en général, ce qui peut d’ailleurs générer à contrario une certaine pression sociale et déclencher ce fameux coup de blues ! Lire la suite de « Comprendre et vaincre la dépression »

Etudiant, pourquoi travailler chez LIDL ?

Travailler chez LIDL en tant qu'étudiants

De plus en plus de jeunes concilient leurs études avec un job étudiant pour financer leurs années d’études. Certes, travailler à côté des études est très bénéfique, mais il faut aussi penser à tous les sacrifices. Avant de vous lancer dans une recherche d’emploi, il est important de peser le pour et le contre. Travailler chez LIDL c’est la garantie d’une entreprise qui s’adapte aux étudiants. Financer ses études ou ses projets, arrondir ses fins de mois ou acquérir une première expérience dans la vie active, vos motivations peuvent être multiples pour décrocher un Job Etudiant. En CDI, CDD ou emploi saisonnier, Lidl propose des contrats étudiants sur mesure.

Quel sont les avantages à Travailler chez LIDL ?

Si les étudiants sont de plus en plus nombreux à prendre un job étudiant, c’est pour ses nombreux avantages non négligeables.

  • La rémunération

Que ce soit pour être indépendant financièrement et apprendre à gérer son budget, pour financer un projet ou tout simplement pour pouvoir se payer des vacances plus tard dans l’année, la principale raison de prendre un job d’été est tout simplement de gagner de l’argent.

De plus, une telle expérience vous permettra de relativiser et de mieux gérer votre argent.

  • L’indépendance

Vous aimez l’autonomie, être actif et prendre vos responsabilités. Alors un emploi étudiant chez Lidl est un vrai défi! Avec votre équipe vous prenez soin de la gestion quotidienne du magasin. Avec les missions qui vous seront confiées vous gagnerez en autonomie et en indépendance.

  • Le gain en compétences

Travailler chez LIDL en tant qu’étudiant est également un plus sur votre CV. Quel que soit le type d’emploi que vous effectuez, c’est toujours une expérience professionnelle supplémentaire à mettre en avant le jour d’un entretien.

Avec ce job d’appoint en travaillant chez LIDL, vous éviterez de vous retrouver avec un CV de trois lignes au moment de chercher un emploi. Vous obtiendrez de l’expérience qui vous sera fortement bénéfique dans quelques années.

 

  • Le réseau

Vous constituez votre réseau professionnel. Le fait d’avoir un travail vous sert également à créer des relations qui pourront vous servir plus tard. Même si votre job étudiant chez LIDL ne correspond pas à la profession que vous souhaitez exercer plus tard, toute relation est bonne à prendre, et ça ne pourra que vous être bénéfique.

Comment LIDL attire les candidats étudiant ?

1 – La formation et les parcours

Travailler chez LIDL c’est bénéficier d’un parcours de formation spécifique. Les parcours sont pensés pour vous aider à acquérir les compétences essentielles pour réussir dans vos missions et vous sentir parfaitement  préparés à votre poste.

Lidl aide de jeunes talents à évoluer. Vous pouvez compter sur l’enseigne pour un emploi étudiant intéressant dans votre région.

2 – Partenariats avec les écoles

LIDL a développé un processus de partenariats avec les meilleures écoles de commerce et d’ingénieurs pour le recrutement des cadres ainsi qu’avec DISTRISUP, le réseau de référence de la formation diplômante des managers de la grande distribution, pour les profils en magasins.

Ces partenariats s’inscrivent sur la durée et se traduisent par de nombreux évènements tels que

  • Des conférences animées par des opérationnels au sein des écoles,
  • La participation à des forums de recrutement en école,
  • L’organisation d’afterschool permettant des échanges informels autour d’un cocktail,
  • La présence aux séminaires de rentrée,
  • La participation à certains évènements sportifs étudiants majeurs.

La décision de prendre un job étudiant repose principalement sur des critères personnels. Certains vont penser que les avantages en valent la peine, d’autres que les inconvénients sont trop nombreux. Si vous pensez sérieusement à prendre un job étudiant à côté de vos études supérieures, attendez peut-être un semestre pour vous rendre compte de la charge de travail que vos professeurs vous donnent.

Le management d’équipe: déléguer intelligemment

Le management d’équipe chez Lidl : déléguer intelligemment

Afin de réussir dans votre vie en tant qu’entrepreneur, manager ou chef d’entreprise ; il ne vous suffit pas de travailler d’arrache-pied. Ce qu’il vous faut, c’est travailler intelligemment. Plus de 80% des dirigeants, entrepreneurs et managers tendent à croire qu’une importante charge de travail assure un bon succès.

Votre réussite ne dépend pas de votre charge de travail

Nous vivons dans un monde qui récompense la compétence et l’intelligence de la tâche contentieusement effectuée. Dans la modernité de notre monde, les hauts représentants d’entreprises sont récompensés par leur habilité à travailler mieux sans pour autant ajouter de charges inutiles.

Le prérequis majeur du succès se base sur le bon management des équipes comme par exemple chez Lidl. Ainsi, le monde des affaires et celui des relations humaines sont étroitement liés.

Afin d’épanouir au mieux vos collaborateurs, il vous est recommandé de leur attribuer des responsabilités et des prises de décisions. Cette initiative vous permettra d’appliquer la méthode DLG apprise.

La méthode DLG : déléguer intelligemment

La méthode DLG se base sur la délégation de génie ou l’art de déléguer intelligemment. Attention cependant aux décisions hâtives, il est arrivé que certaines entreprises aient fait faillite après délégation de tâches trop importantes. En revanche, d’autres sont parvenues à augmenter leurs chiffres d’affaires et leurs résultats d’engagements collaborateurs.

Concevez-vous de laisser votre entreprise afin de vous autoriser des vacances en toute tranquillité ? Espérez-vous la retrouver encore plus solide ? Imaginez le plaisir que pourraient ressentir vos collaborateurs en voyant que vous leurs faites confiance, que vous les laissez prendre certaines décisions et certaines responsabilités ? Vous leur permettez de faire fonctionner l’entreprise.

Réalisez-vous l’importance que cette situation puisse apporter dans votre vie de leader ? Que feriez-vous si vous aviez plus de temps pour votre famille, plus de résultats de votre entreprise, plus de collaborateurs responsables et heureux ?

C’est ce que vous pouvez découvrir en appliquant la méthode DLG. Certaines entreprises comme par exemple Lidl, utilise cette méthode pour optimiser leur management.

Si vous souhaitez vivre cette vie de manager libre et être le génie de la délégation, maîtriser la méthode DLG peut être la solution.

 

Geoffroy Stern et la gestion de l’innovation et du changement

L’innovation est devenue une composante essentielle du maintien de l’avantage concurrentiel pour de nombreuses entreprises. De celles qui utilisent le big data pour analyser les tendances de consommation à celles qui développent le dernier dispositif pour les soins de santé. Les données augmentent considérablement et le suivi de la demande est un obstacle croissant. Plus l’organisation est grande, plus il y aura de défis à relever tout au long du processus d’innovation. Gérer avec succès les changements en cours nécessite une réflexion approfondie, une préparation et une exécution minutieuse. Le point avec le consultant senior Geoffroy Stern.

La gestion de la technologie

De nouvelles dynamiques continuent d’apparaître et des conversations stratégiques se déroulent au niveau exécutif. La gestion technique a évolué de telle manière qu’il nécessite une fusion unique de connaissances commerciales et de compétences techniques. La gestion de la technologie se traduit par des responsabilités allant au-delà de la portée des serveurs, des outils Big Data et de la science des données, ainsi que des compétences en gestion de projet et en leadership. Selon Geoffroy Stern, le développement et la participation des employés ainsi que la gestion des talents font également partie intégrante du casse-tête. Gérer efficacement les personnes et leurs idées uniques est le facteur de différenciation entre une stratégie de gestion du changement gagnante et perdante.

Collaboration et changement

« Les nouvelles idées sont les plus élémentaires des besoins d’une entreprise, mais elles peuvent être difficiles à trouver » souligne Geoffroy Stern. Cultiver un environnement où les idées sont encouragées, entendues et partagées est l’endroit où l’innovation prospère. L’exploration régulière de nouvelles idées, de nouveaux concepts et de nouveaux projets nécessitant de nouveaux processus et une dynamique d’équipe offrent des possibilités d’apprentissage inestimables. Geoffroy Stern rajoute, « Apprendre à diriger le changement et permettre aux employés de faire partie du processus dès le début permet d’appliquer l’apprentissage plus rapidement ». Tout en minimisant les turbulences lors de l’adaptation aux changements internes et externes.

Le leadership et les leaders de l'innovation devraient communiquer avec les employés au sujet du changement dès le début du processus indique Geoffroy Stern

L’innovation est un produit de collaboration, mais toutes les collaborations ne réussissent pas. Une taille unique ne convient pas à tous. Certains peuvent définir la collaboration comme étant simplement l’acte d’échanger des idées avec des pairs, quelle que soit la plateforme. Au contraire, d’autres peuvent le définir comme physiquement rassemblé dans une zone commune tout en embarquant blanc les idées présentées. Les deux sont des exemples parfaitement précis de collaboration, mais les deux ne peuvent pas servir de cadre productif pour tout le monde. Fournir divers supports pour les équipes à créer est devenu une pratique acceptable et courante. Apprendre comment les individus sont chargés de façon créative et où ils fournissent leur meilleur travail renforce le processus immensément. Sachant faire cela est un signe de bon leadership.

Faciliter la conversation

Être dans la gestion de la technologie axée sur les données signifie un changement constant et un véritable bien-être. Comment ce changement est géré peut faire ou défaire des projets d’innovation technologique. Le leadership et les leaders de l’innovation devraient communiquer avec les employés au sujet du changement dès le début du processus indique Geoffroy Stern. Cela inclut ceux qui sont impliqués dans le projet actuel à ceux que le projet affecte. Une communication ouverte est essentielle au succès de l’innovation dans les organisations dans le cadre d’une pratique efficace de gestion du changement. L’exposition accrue à la discussion conduit à plus d’idées, le partage et le développement des données et des informations respectives et le développement réussi et le lancement de l’innovation.

Faciliter la conversation est aussi simple que cela puisse paraître. En fait, le gestionnaire des technologies de l’information peut conduire ce comportement à distance, d’après Geoffroy Stern: par exemple, l’un des moyens consiste à désigner une équipe responsable pour orchestrer des discussions régulières sur les meilleures pratiques dirigées par des pairs. Une autre façon de créer un dialogue précieux peut être aussi simple que d’exhorter les équipes à déjeuner ensemble. Plusieurs grandes entreprises technologiques ont même commencé à structurer ces plateformes d’innovation de pair à pair en formant des comités chargés de développer des idées.

Gérer l’innovation et la gestion du changement peut être intimidant. Cependant, comme tous les projets impliquant la gestion des données volumineuses et la technologie associée, rester proactif, ouvert au changement et engagé dans la conversation est le plan d’action le plus puissant.

Téléassistance: les 7 principales questions et leurs réponses

teleassistance

Le système de téléassistance consiste en une sécurisation des personnes âgées qui sont dotées à tout moment d’un système d’appel sous forme d’une montre ou d’un médaillon. Ce système d’appel est relié à une plateforme téléphonique chargée d’analyser la situation de l’appelant, d’en déterminer le degré d’urgence et de prendre la décision adaptée. Ainsi, un proche de la personne âgée peut être contacté ou une intervention mise en place pour porter secours à l’appelant.

Comment fonctionne la téléassistance ?

Pour une efficacité optimale, la téléassistance comprend un équipement devant être installé au domicile de la personne âgée. Ainsi, un système de boîtier haut-parleur est équipé dans l’habitation pour permettre au bénéficiaire de parler aux agents de la téléassistance quelque soit sa position dans le domicile. Une simple pression sur la montre ou le médaillon de la personne âgée permet d’appeler l’équipe de téléassistance qui est disponible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

Comment bénéficier de la téléassistance ?

Plusieurs organismes proposent un service de téléassistance : c’est le cas par exemple des assurances, de certaines structures associatives ou même d’un petit nombre de communes. N’hésitez pas à prendre contact avec un professionnel du domaine médico-social qui pourra vous conseiller et vous guider dans vos choix en fonction de vos besoins.

Comment choisir son contrat de téléassistance ?

Il est important de choisir avec attention son organisme de téléassistance.
N’hésitez pas à demander plusieurs devis pour éviter les frais cachés, et à lire l’intégralité du contrat avant de le signer. Vous devez pouvoir résilier le service dès que vous le souhaitez.
Certains contrats de téléassistance comportent des services supplémentaires comme la possibilité pour le bénéficiaire de parler avec ses proches via des applications dédiées ou même une alerte anti-chutes, mais ces services sont payants.

Combien coûte un contrat de téléassistance ?

Comptez en moyenne entre 20 et 30 euros par mois pour les services de base de la téléassistance. N’hésitez pas à demander à votre commune si des aides existent.
N’oubliez pas que des frais d’installation ou même des frais de dossier peuvent vous être imputés.
Enfin, les frais téléphoniques engendrés par les appels de la téléassistance sont à la charge de la personne âgée.

Qui sera responsable de la mise en fonction et de l’entretien du boîtier de téléassistance ?

Il s’agit d’une des données les plus importantes dans le contrat que vous allez signer. Qui sera responsable de l’entretien et du bon fonctionnement du matériel de téléassistance ?
Certains contrats ne proposent que de louer la machine et la pose ou son entretien ne sont pas compris dans les frais. Vérifiez bien que votre organisme prend en charge la pose, la réparation ou le remplacement du matériel défectueux sans surcoût.

Existe t-il des aides pour bénéficier de la téléassistance ?

Tout d’abord, sachez que faire appel à un organisme déclaré au titre des « services à la personne » vous donne droit à une réduction d’impôts équivalents à 50% du coût du service.
Si vous êtes bénéficiaire de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie), les frais de la téléassistance peuvent aussi être pris en charge.

 

Startups bien-être et innovation par Geoffroy Stern

Startups bien-être et innovation vues par Geoffroy Stern

2017 a été la plus grande année pour le secteur du bien-être avec 3,4 milliards de dollars. Là où la vieille garde et l’industrie pharmaceutique restent puissantes, les éléments perturbateurs et les acteurs alternatifs gagnent rapidement du terrain. Le point avec Geoffroy Stern, consultant sénior.

Plus précisément, nous assistons à un changement radical d’attitude qui consiste à ne plus dépendre que de la médecine traditionnelle occidentale. Désormais il s’agit de mettre davantage l’accent sur la technologie réactive, les pratiques holistiques et le «bien-être en premier».

Selon Geoffroy Stern, les développements les plus excitants viennent d’une cohorte de jeunes entreprises, désireuses de changer le rapport que chacun d’entre nous a avec la santé. Voici un tour d’horizon des innovations qui font des vagues dans l’industrie de la santé.

Exubérance

Soutenir proactivement la santé au bureau est un concept relativement nouveau. La startup qui le fait le plus efficacement est Exubrancy. Cette startup est basée à Manhattan, pionnière dans le «bureau fitness». Leur équipe apporte des yogis, des experts en méditation et des instructeurs de fitness sur votre lieu de travail pour diriger votre équipe. La ligne de fond? Augmentation les niveaux de concentration, productivité et de bien-être.

Cuisine Detox

La startup londonienne Detox Kitchen, fondée par Lily Simpson, vient de lever 2 millions de livres sterling pour construire un empire nutritionnel rapide et abordable. Commençant dans sa cuisine en 2012, et maintenant retournant près de 5 millions de livres par an, Simpson prévoit de développer son service de livraison de super aliments. Un service qui a été défendu par tout le monde, de Gwyneth Paltrow à Elle Macpherson rappelle Geoffroy Stern.

La cible démographique est celle des employés de bureau qui ont besoin d’une alimentation équilibrée et, par la croissance de la croissance, cette startup a trouvé son créneau.

Caeden

En mettant davantage l’accent sur la technologie, Caeden est une jeune entreprise dont la mission est d’optimiser les performances de l’esprit et du corps, via les « wearables », c’est-dire des objets connectés et portables.

Leur bracelet non seulement suit votre niveau d’activité tout au long de la journée, mais aussi la fréquence cardiaque, votre niveau de santé et votre niveau de stress. Selo Geoffroy Stern, les bracelets conçus par la startup Caeden vous permettent d’apprendre à gérer votre stress.

Cure Me

La startup Cure Me dispose d’un panel de 70 experts, prêts à apporter des solutions à une myriade de questions de santé et de bien-être. Avec cette startup Geoffroy Stern montre comment nous nous éloignons de plus en plus des praticiens physiques pour nous tourner vers des solutions disponibles sur Internet.

Ce comportement devrait augmenter de façon spectaculaire à mesure que la technologie se perfectionne dans l’optimisation de nos vies quotidiennes.

Babylone

Le capital-risque suit les équipes et les solutions les plus intelligentes, avec Rob Kniaz, fondateur associé chez Hoxton Ventures, qui cherche à soutenir «une technologie qui transforme et modernise la santé, via des solutions globales à grande échelle».

Grâce à Babylone, vous pouvez parler à un médecin en quelques minutes par le biais d’une conversation vidéo en face à face, envoyer un texto ou envoyer une photo de votre problème médical, et vous faire livrer votre ordonnance. Geoffroy Stern précise que des thérapeutes sont également disponibles sur demande pour parler de problèmes de santé mentale.

2017 fut une année importante pour le bien-être et l’innovation dans l’industrie de la santé. De manière optimiste, nous pouvons espérer voir un changement dans l’équilibre des pouvoirs, entre la nouvelle génération de startups et les grandes sociétés pharmaceutiques. « Attendez-vous à voir plus de wearables vous synchroniser non seulement avec votre corps mais aussi avec votre esprit. », dit Geoffroy Stern.

Et, alors qu’un chercheur sur vingt recherche maintenant le bien-être, on peut affirmer que là où Internet a démocratisé l’accès à l’information, d’énormes innovations en matière de conseils de santé suivront.

L’importance du sommeil dans le bien-être

sommeil-bien-etre

Le saviez-vous ? Au cours du sommeil, nous enchainons 4 à 6 cycles de 90 minutes, cela varie selon les individus. Un cycle de 90 minutes est l’enchainement de plusieurs stades ; il existe donc plusieurs stades de sommeil qu’il est intéressant de connaître.

Les cycles et stades du sommeil

Lors des deux premiers cycles de sommeil, nous faisons du sommeil profond. Plus on dort, plus le sommeil devient léger. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’en fin de nuit, il est plus facile de se réveiller, au bout par exemple de 5h30 de sommeil.

La phase d’endormissement

C’est là qu’on entre dans le sommeil, période de transition entre le sommeil et l’éveil. Le tonus musculaire s’abaisse, ainsi que le rythme cardiaque. Si cette phrase dure plus de 20 minutes, on peut parler d’insomnie (source). Pour permettre un bon endormissement rapide, des conditions optimales doivent être respectées comme la luminosité, le bruit, la température de la pièce ou encore le confort du matelas, afin de pouvoir profiter des effets bénéfiques du sommeil qu’aborde Jean-Michel Cohen dans son ouvrage « Qu’est-ce qu’on attend pour vivre mieux ? ».

Les stades de sommeil 1 et 2

Ce sont les stades du sommeil lent et léger. Aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est ce que nous faisons le plus au cours de la nuit (environ 50% voire plus). Les mouvements oculaires et le tonus musculaire s’amoindrissent progressivement et la respiration devient régulière. Il ‘agit du début de la récupération physique du corps. Toutefois, ce dernier reste encore très sensible à l’environnement extérieur, comme le bruit par exemple.

Les stades 3 et 4

Il s’agit du sommeil lent et profond. Il est très difficile de se réveiller lors de ce sommeil et est surtout présent lors des deux premiers cycles de sommeil soit les 3 premières heures de la nuit. Le sommeil profond est la récupération physique. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle plus on fait une activité physique au cours de la journée, plus le sommeil sera profond. Inversement, plus l’on sera sédentaire, moins le sommeil sera profond.

D’ailleurs la proportion de ce type de sommeil diminuera considérablement chez les séniors car ces derniers ont largement tendance à pratiquer moins d’activités physiques.

Le sommeil profond a un rôle important dans la croissance, le renouvellement cellulaire, la lutte contre les infections mais aussi les sécrétions d’hormones, ce que nous rappelle le médecin nutritionniste Jean-Michel Cohen dans l’un de ses articles de blog.

Le sommeil paradoxal

C’est le dernier stade du sommeil. En effet, on termine toujours un cycle par du sommeil dit paradoxal. Il s’allonge au fur et à mesure que l’on dort. En d’autres termes, au début, le sommeil paradoxal est de courte durée et plus on dort plus il dure longtemps.

Comme son nom l’indique, dans le sommeil paradoxal l’on dort mais l’activité intellectuelle est très intense comme à l’état de veille contrairement au sommeil profond où l’activité cérébrale est très ralentie. Ici l’activité cérébrale est vraiment très rapide. La particularité de ce sommeil c’est que les muscles sont entièrement relâchés, on parle d’atonie musculaire mais l’on observe des mouvements oculaires rapides.

Le sommeil paradoxal joue un rôle très important sur la récupération psychique, psychologique et cognitive. On peut rêver à d’autres stades mais il est vrai que le sommeil paradoxal est vraiment le moment privilégié pour les rêves ou les cauchemars riches en émotions et en images. Ainsi, le sommeil paradoxal permet de prendre du recul sur les évènements, d’analyser les choses, de faire le lien entre les évènements présents et passés, de les mémoriser. Il a également un grand rôle dans la maturation cérébrale chez l’enfant, une chose que là aussi le docteur Jean-Michel Cohen rappelle dans son dernier ouvrage.

Les conséquences du manque de sommeil

Lorsque l’on ne dort pas ou pas assez par rapport à nos besoins et notre rythme, l’on peut avoir de grosses répercussions au niveau physique (dette de sommeil profond) : on risque la somnolence, des problèmes de régulations d’hormones, de prendre du poids (augmentation de l’appétit et diminution de la satiété comme l’indique Jean-Michel Cohen lors de ses ouvrages), des pertes de mémoire… Cela peut se traduire par des problèmes cardio-vasculaires, une accélération du vieillissement de la peau. A long terme, les dégâts sont encore plus dévastateurs car peu dormir quotidiennement peut provoquer une augmentation du diabète de type 2, de cancer colorectal, de risque d’AVC voire du risque de mortalité.

En effet, le sommeil est intimement lié à de nombreuses hormones indispensables à notre santé et notre bien-être parmi lesquelles : la mélatonine, la prolactine, la TSH, l’hormone de croissance, la testostérone, le cortisol ou encore l’aldostérone.

Des conseils pour mieux dormir

Si vous souffrez d’un trouble du sommeil comme, le plus fréquent, l’insomnie, pas de panique. Plusieurs solutions existent pour venir à bout des troubles du sommeil. Se dépenser davantage en faisant du sport par exemple apporte de nombreux bénéfices comme le rappelle à maintes reprises les nutritionnistes dont Jean-Michel Cohen mais aide également à l’endormissement.

Autre conseil : s’accorder des pauses dans la journée. En effet, cela permet de limiter l’accumulation du stress, source d’insomnie et d’apprendre à déconnecter durant une petite période courte mais nécessaire.

La lumière peut également s’avérer bénéfique pour un réveil en douceur. Un simulateur d’aube vous permettra ainsi de sortir naturellement de votre état de sommeil, comme si le soleil se levait, au lieu d’une sonnerie de réveil qui peut être perçue comme agressive et vous mettre de mauvaise humeur due à un mauvais réveil.

Dernière astuce : comprendre et connaître votre sommeil ! Comme le rappelle le docteur Jean-Michel Cohen, certaines personnes sont des « petites dormeuses » et seules 6h de sommeil leur suffisent tandis que d’autres ont besoin de plus de 8h ! Il est donc essentiel de connaître d’une part vos besoins en termes de sommeil mais également de les respecter. Enfin, sachez qu’il est essentiel de respecter un rythme régulier de sommeil en vous couchant et vous levant à la même heure tous les jours dans la mesure du possible.

 

Avis clients: les principes directeurs selon Lidl

Avis clients: les principes directeurs selon Lidl

De nos jours, les consommateurs se fient davantage aux avis clients sur Internet avant toutes les décisions d’achat. Tant que l’intégrité de ces avis clients est assurée, il s’agit d’une évolution plutôt positive. Les commentaires peuvent décrire les produits ou les services d’une entreprise mais ils peuvent également parlé d’une entreprise ou d’une marque de manière plus générale.

Dans cet article, l’entreprise Lidl rappelle que les avis sont importants pour les consommateurs. Par conséquent, il faut utiliser ce moyen d’expression de manière réfléchie et juste. Voici quelques principes à suivre.

Principe 1 – Soyez transparent au sujet des relations commerciales

Les relations commerciales entre les plateformes d’avis clients, les entreprises analysées et les clients qui laissent des avis peuvent entraîner un avantage concurrentiel injuste entre des entreprises concurrentes analysées. Lidl recommande aux entreprises d’être ouvertes et transparentes vis-à-vis des consommateurs qui utilisent des plateformes d’avis clients, à propos des relations commerciales qui impactent les avis clients.

Principe 2 – Ne publiez pas d’avis clients trompeurs

Lidl rappelle que les avis clients peuvent tromper les consommateurs surtout lorsqu’ils sont impartiaux ou faux. De faux avis peuvent être rédigés par:

  • l’entreprise examinée par les plateformes d’avis clients
  • une entreprise en concurrence avec l’entreprise examinée
  • un tiers au nom de l’un des organismes susmentionnés (par exemple une firme de marketing ou de relations publiques)
  • des tiers payés pour rédiger un avis lorsqu’ils n’ont pas utilisé le produit
  • quelqu’un qui a utilisé le bien ou le service, mais qui rédige un avis exagéré parce qu’il a reçu un avantage financier ou non financier quelconque.

Principe 3 – L’omission des avis clients peut être trompeuse

L’impression générale créée par un ensemble d’avis sur une plate-forme d’avis clients peut être trompeuse si elle ne reflète pas les opinions des clients qui ont soumis les avis.
Lidl signale que la suppression sélective ou la modification des avis clients, en particulier les avis négatifs, par les plateformes d’avis clients à des fins commerciales ou promotionnelles peut être trompeuse.

Qu’est-ce qu’une plateforme d’avis clients?

Les plateformes d’avis clients sont des sites Internet, des sections de sites ou des outils logiciels (par exemple des applications) qui publient des commentaires en rapport avec des gammes de biens, services ou entreprises. Les plateformes d’avis clients publient généralement des commentaires sur leur propre site. Parfois, les plateformes d’avis clients s’engagent à publier des critiques sur le site d’un autre.
Les blogs ou autres sites qui publient des avis clients sont également utilisés par les consommateurs pour éclairer leurs décisions d’achat. Les principes directeurs s’appliquent également dans ces circonstances.
Lidl rappelle que les plateformes d’évaluation des consommateurs recueillent les avis des consommateurs «de tous les jours».

Surmonter la perte d’un proche par Yves Alphé

surmonter-deuil-yves-alphe

Le 1er novembre, fête des morts, on pense particulièrement à ceux qui nous ont quittés. On va en général fleurir les cimetières et on leur rend hommage. La perte d’un proche n’est pas une chose facile et faire son deuil est une épreuve douloureuse, rappelle Yves Alphé.

La complexité du deuil

C’est toujours très compliqué dans ces moments-là parfois parce qu’on perd la raison et l’on a du mal à rester rationnel, d’autant plus quand le décès est brutal. Sabrina, psychologue, nous en dit un peu plus sur la question : « Il faut savoir que oui c’est toujours très compliqué de perdre un proche. C’est d’autant plus compliqué aujourd’hui, dans notre société actuelle. Car l’on est dans une société quelque part où la mort n’est pas très présente. »

L’omniprésence du deuil auparavant

Dans l’ancien temps, on avait des rites, beaucoup plus de rites funéraires qui permettaient d’exprimer sa tristesse. Par exemple avant, on portait le deuil, on s’habillait en deuil, en noir, en gris ou en blanc et c’était une façon d’exprimer sa tristesse. Il y avait des veillées funèbres, cela se faisait. On était toute la nuit auprès de la personne décédée pour lui rendre un dernier hommage.

De plus, rappelle Yves Alphé, certains immeubles s’ornaient de draps noirs qui permettaient de montrer que toute la maison était en deuil. Aujourd’hui nous n’avons plus du tout ces marques du deuil et de la mort autour de nous. Ce qui fait que la mort ne fait plus partie de la vie dans notre société. Cela signifie aussi que l’on vit comme des immortels.

Alors c’est très difficile aussi de dire qu’on est en deuil dans notre société. Nous n’avons pas vraiment beaucoup de moyens pour l’exprimer. Nous sommes dans une société où tout va vite, on dit qu’il faut se remettre vite et un deuil est un processus psychologique qui prend du temps, voilà le paradoxe, explique Yves Alphé.

Un deuil, plusieurs étapes psychologiques à franchir, rappels par Yves Alphé

psychologie-deuil
Yves Alphé rappelle les différentes étapes du deuil

C’est très important de pouvoir aussi, lors d’un deuil se dire qu’il y a plusieurs étapes. Ce deuil va évidemment, en fonction de l’affection que l’on portait au proche, prendre plus ou moins de temps. Il y a plusieurs étapes dans la façon de le vivre, comme l’indique Yves Alphé sur l’un de ses blogs.

C’est quelque chose dont on ne parlait pas avant et c’est grâce à la psychologue américaine Elizabeth Kubler Ross que l’on a tout ce qui est soin palliatifs dans les hôpitaux donc elle a beaucoup travaillé sur ce sujet. Le déni, ou choc constitue la première étape : on apprend un décès et l’on est incapable de se dire que c’est vrai. C’est la raison pour laquelle beaucoup de personnes ne pleurent pas au cours d’un enterrement, aussi curieux que cela puisse sembler. Le choc, la sidération fait qu’on ne réalise absolument pas que le proche est définitivement parti, que la personne que l’on aimait n’est plus là. Il va donc falloir un certain temps avant de réaliser que cette personne n’est plus là.

La deuxième étape va être la colère. Il y a toujours une phase de colère, indique Yves Alphé, contre le destin, contre les médecins parfois, contre, dans le cas d’un accident, celui qui l’a provoqué. Il y a toujours une phase de colère où l’on va se dire « comment ça se fait que c’est arrivé ? Ça ne devait pas arriver, ça n’est pas dans l’ordre des choses », même pour des personnes qui sont très âgées.

La troisième phase ça va être ce que l’on appelle « le marchandage » . On va passer dans sa tête en revue tout ce qui aurait pu être fait, tout ce qu’on aurait pu faire pour éviter ce décès. Ceci est valable pour le décès de toutes les personnes quelles que soit leur âge. On se dit souvent « mais si j’avais fait ceci ou cela ? ». On se sent un peu coupable, on remet en question cette phase de deuil qui suit la colère précédemment abordée par Yves Alphé.